[26] Etre homo et moi !

Etre homo et moi !

Etre homo et moi !

Un post sur l’excellent blog du Hérisson m’amène à vous parler de mon « cheminement » à s’accepter tel que l’on est.

Oh ! Cà n’a pas été facile…
Mais aujourd’hui, et avec un peu de recul, je pense avoir fait une bonne partie du chemin, bien qu’il reste encore à annoncer cet état de fait à ma famille, qui pour l’instant ignore totalement que je vis en couple depuis maintenant 5 ans… Et oui ! Etonnant… non, mais dans ma famille c’est plutôt la politique du chacun chez soi qui prédomine.

Dans mon enfance, à y réfléchir, j’ai toujours été baigné dans une ambiance de garçons, mon école primaire n’était pas mixte, et je peux maintenant affirmer que je n’avais, à l’époque, mais même encore aujourd’hui, pas de copines ou d’amies… Je n’avais que des copains !
Pendant l’adolescence, je regardais effectivement beaucoup les garçons, que ce soit sur le net ou dans la rue, mais mon coeur a, aussi, quelque fois chaviré pour deux ou trois filles qui avaient réussies tout bonnement à me séduire, mais généralement ce n’était pas réciproque…
A l’époque, je ne savais pas trop si je devais m’accepter comme « homo », attribuant plutôt, cette attirance masculine à une fascination pour le corps nu masculin que je rêvais d’avoir et que je n’avais évidemment pas…
Les années ont passées, et c’est lorsque j’ai rencontré mon Bidou, en définitive, que je me suis aperçu que je pouvais être heureux avec un homme. Cela n’a pas été une révélation bien entendu, mais c’est à ce moment là en fait que j’ai commencé à être « moi ».

Avant de reconnaître cette évidence, je suis évidemment passé par tous les moyens de rencontres possibles, minitel, chat, petites annonces etc… Ces rencontres pouvaient être masculines ou féminines d’ailleurs. Je voulais « essayer » les deux possibilités afin de me déterminer par rapport à mon coeur… ce qui ne fût pas toujours très judicieux d’ailleurs !
Bref, réalisant que mes rencontres masculines étaient plus nombreuses et plus faciles à obtenir, je me suis mis à sortir dans les « milieux gay » de Rennes, j’en ai été très vite dégouté… Cela ne me correspondait pas du tout, et encore aujourd’hui, je hais ce « milieu » m’as-tu-vu et égocentrique… Beurk !!
Suis- je un homo à part ? Non, je ne pense pas, mais comme beaucoup je pensais que je serais plus heureux avec des gens qui « sont comme moi » et c’est une énorme erreur… Le salut n’est pas dans le ghetto !!

Aujourd’hui, j’envisage la possibilité que je sois bi parce que je n’ai pas cette répulsion intestine envers la gente féminine, je me considère tout à fait apte à aimer une femme mais les connaissant en somme très mal, j’ai énormément de difficulté à les cerner… ce qui m’a valu de beaux râteaux de par le passé !
Je ne me pose évidemment pas la question actuellement puisque je vis avec quelqu’un que j’aime énormément et qui me le rend bien, et bien que les épreuves actuelles soient difficiles et périlleuses pour notre couple, nous avons l’avantage de nous connaître sur le bout des doigts et de ce fait la confiance mutuelle atténue considérablement les craintes d’un avenir pessimiste.
De plus, j’ai toujours été un optimiste forcené refusant de vivre en fonction du regard des autres (Je suis loin d’être un top modèle !) mais je reconnais que s’affranchir de ce « putain de regard des autres » n’est pas une chose facile, mais quand on y arrive, quel bonheur d’être soi même et vous vous apercevez, comme un électro-choc, que vous vous êtes trouvé… Vous êtes vous et pas un autre… Les choses deviennent plus faciles et du coup vos rapports avec votre entourage sont meilleurs et plus harmonieux car vous n’hésitez plus à appliquer une sélection impitoyable de vos amis et relations.
Il y a, bien sûr, d’autres facteurs déterminants qui rentrent en ligne de compte, tel que l’absence du père qui fût pour moi, à mon avis, un facteur décisif dans ce que je suis actuellement…
Mais c’est une autre histoire qui fera l’objet d’un autre post !


Actuellement... 9 commentaires sur ce post


  1. - le hérisson -

    c’est drôle, je n’ai commencé à réllement vivre mon homosexualité qu’après l’avoir dit à mes parents… je n’en été pas capable avant…
    ça doit être difficile de taire cet état de fait à ta famille…
    Tiens ! moi, je comprends plus facilement les femmes que les hommes ! je peux les trouver belles mais je crois que je serais incapable de leur faire l’amour – enfin je sais pas – pénétration peut être mais par contre le cunni je crois pas !!! 🙂
    S’affranchir du regard des autres est certainement ce que j’ai eu et ce que j’ai encore le plus de mal à faire… mais ça va venir !!!

  2. - Phoenix -

    Hérisson >> Et bien non ! Je n’ai jamais eu cette envie impérative de le leur dire… Je n’en ai pas besoin en fait… mais je sais, tout de même, que je devrais le faire un jour… mais ce sera surtout une question d’honnetêté envers eux, et non parce que ca me délivrera d’un quelconque poids… que je ne ressent pas actuellement !
    Ah ! Le regard des autres… une sacré saloperie… mais on en guéri… je te l’assure !

  3. - Oli -

    S’accepter et être accepté par les autres… défi pas toujours facile à relever, mais il me semble que tu t’en sors plus que bien… félicitation!

  4. - Benjamin -

    S’affranchir du regard des autres… Hmmm, Phoenix, tu rêves éveillé mon cher ?

  5. - Phoenix -

    Oli >> Merci… Mais ce qui est primordial, à mon avis, c’est de s’accepter soi même tel que l’on est… le reste suit…
    Benjamin >> Hé non… Suis bien réveillé ! 🙂
    Ce que je veux dire par « s’affranchir du regard des autres » c’est de faire en sorte que ce regard ne change pas ta personnalité propre… ce qui arrive le plus souvent… mais effectivement il existera toujours… A toi d’en accorder l’importance que tu souhaites, c’est à dire… AUCUNE !
    Voilà ! Benji !

  6. - Marie -

    Voilà ce dont les femmes rêvent : un homme bi.
    Le premier pour faire les enfants (pas trop quand même mais il en faut sinon c’est la fin d’une civilisation) et le deuxième pour qu’il aille assouvir avec un homme ses besoins sexuels apparemment débridés si je sais lire. Pas de femme rivale, le pied !
    Que diable assumons-nous et la famille peut attendre.
    On devient adulte quand on a pardonné à ses parents : ce sont eu qui nous ont faits.

    > le Hérisson : toutes les femmes ne demandent pas le cunni, ni la pipe d’ailleurs. Tu peux jouir par d’autres moyens, pas sado-maso non plus. Bises

  7. - Tom -

    Salut en fet pour tout te dire je ne sais pas ou j’en suis. J’aime ma copine mais j’ais une certaine attirance pour les mec. Donc voila j’aimerai bien ton avis. Voila zoubi a biento.

  8. - moru -

    coucou, je viens de tomber sur ton blog par hasard, et je tiens à te dire qu il est très bien et que tu me sembles une personne très intéressante, ce qui est relativement rare dans ce milieu, je suis moi même homo et comme toi ne supporte pas ce milieu égocentrique et m as tu vu comme tu le dis si bien, javoues que j ai lu ton blog un peu en diagonale étant donné que j ai un exposé de psycho à rendre pour mardi et que je viens de m y mettre, mais je vais marquer ce site histoire de revenir faire un petit tour de temps en temps.
    bonne continuation à toi

  9. - Fredesk -

    Euh Marie… la planète est hyper surpeuplée… en fait, faudrait arrêter de faire des enfants pour quelques temps…

    Car comme ça va là… bientôt, il n’y aura plus ni civilisation ni planète pour les civilisations.

    Cela dit, Phoenix, tu as un superbe courage de te dire si bien au yeux du monde.
    Mais c’est vrai aussi : personne n’est mieux ou pire que son voisin au point de vue de la sexualité… alors le regard des autres, en fait, ça n’existe pas vraiment, sauf dans notre crainte à nous. Tu te débarrasses de tes craintes et pfuittt… le fameux regard des autres, ben, y en a plus. 🙂 :ninja: